19 mars 2009

Claude ROY

Biographie

Claude ROY est né à Paris le 28 août 1915. Il est le fils d'un artiste-peintre d'origine Espagnole et d'une mère d'origine Charentaise.

Il fait ses études à jarnac avec François MITTERAND. En 1939 il monte à Paris pour s'inscrire à la faculté de droit. Contrairement à ce que prétendent certaines encyclopédies Claude ORLAND était son premier nom d'auteur, et non pas son vrai nom.

La naissance de ses poèmes

Prisonnier pendant la guerre de 1940, il s'évade et commence à écrire des poèmes.

En 1985, il rencontre l'amour sous les traits de Loleh Bellon qu'il va célébrer dans ses oeuvres. Il voyage en Italie, chine, URSS, USA, Europe de l'Est et en Israël. Il refuse la guerre colonial et signe le manifeste contre la guerre d'Algérie; puis il vient le temps de la maladie, il accède à son intime vérité et écrit des poèmes surprenants par leur profondeur et leur sérénité.

En 1985, il reçoit son premier Goncourt de poésie de l'académie Goncourt. Il incarne la grande tradition d'humanisme, de curiosité incéssante et de culture. Sa poésie était pour certains, comparée à celle d'Eluard mais Claude ROY n'est pas poète, il écrit aussi des romans, des essais, des chroniques, des mémoires, des récit de voyage, des livres pour enfants.

Voilà certains de ses poèmes:

Le Printemps:

Après tout ce blanc vient le vert

Le printemps vient après l'hiver

Après le grand froid le soleil,

Après la neige vient le nid,

Après le noir vient le réveil,

L'histoire n'est jamais finie.

Après tout ce blanc vient le vert,

Le printemps vient après l'hiver,

Et après la pluie le beau temps.

Le poète:

Jamais jamais je ne pourrais dormir tranquille aussi longtemps

que d'autre n'auront pas le sommeil et l'abri

ni jamais vivre de bon coeur tant qu'il faudra que d'autre

meurent qui ne savent pas pourquoi

J'ai mal au coeur mal à terre mal au présent

Le poète n'est pas celui qui dit je n'y suis pour personne

Le poète dit j'y suis pour tout le monde

ne frappez pas avant d'entrer

Vous êtes déjà là

Qui vous frappe me frappe

j'en vois de toutes les couleurs

j'y suis pour tout le monde

L'enfant qui va aux commissions:

"Un pain, du beurre , un camembert,

mais surtout n'oublie pas le sel.

Reviens pour mettre le couvert,

ne va pas traîner la semmelle."

l'enfant s'en va le nez au vent.

Le vent le voit. Le vent le flaire.

L'enfant devient un vol-au-vent,

l'enfant devient un fils de l'air.

"Reviens, reviens, au nom de Dieu !

Tu fais le malheur de ton père.

Ma soupe est déjà sur le feu.

Tu devrais mettre le couvert !"

Léger, bien plus léger que l'air,

l'enfant est sourd à cet appel.

Il est déjà à SAINT-NAZAIRE.

Il oublie le pain et le sel...

Les quatre éléments :

L'air c'est rafraîssant

le feu c'est dévorant

la terre c'est tournant

l'eau c'est tout différent.

L'air c'est toujours du vent

le feu c'est toujours bougeant

la terre c'est toujours vivant

l'eau c'est tout différent.

L'air c'est toujours changeant

le feu c'est toujours mangeant

la terre c'est toujours germant

l'eau c'est tout différent.

Et combien d'avantage encore ces drôles d'hommes espèces de vivants qui ne se croient jamais dans leur vrai d'élément.

Tess BOGENSCHUTZ

Salomé COQUELET

Posté par le chaperon à 20:09 - - Permalien [#]